.
Groupe Ledya

Qui est Jean Lengo?

jean-lengoL’histoire de Jean Lengo Dia Ndinga est celle d’une remarquable success-story d’un homme. Celle d’un Congolais aux origines humbles. Elle tient essentiellement au caractère volontaire et courageux d’un self made man dont la personnalité a été forgée aux côtés de parents, tous deux originaires du secteur de Luila, Territoire de Kasangulu, District de la Lukaya, dans la Province du Bas-Congo.

Né à Kinshasa le 29 septembre 1954, d’une famille modeste, Jean Lengo, JL pour les intimes, débute ses activités en 1971, dans le commerce général. Très jeune, il se lance dans l’achat et la vente en l’état des produits par le commerce ambulatoire de Brazzaville à Kinshasa, deux capitales francophones les plus rapprochées du monde. A moins de 20 ans d’âge, ce doué du commerce a étendu son champs d’action par l’importation des produits au départ de la Belgique, voyages qu’il entreprenait même par navires (Kananga Ville et Reine Fabiola) de la Compagnie Maritime Zairoise de l’époque.

Des articles électroménagers, denrées alimentaires et d’autres produits blancs qu’il négociait principalement avec Colruyt et Delhaize, compte tenu du pouvoir d’achat des consommateurs congolais. JL s’est fait des bonnes affaires par l’importation des différents produits en PAPIER, tels serviettes en papier, Papier- Toilettes, et autres dont il était devenu le principal fournisseur des Super Marchés et Alimentations de Kinshasa à l’époque : Alimentation Express, Sedec, et multiples autres de la ville de Kinshasa.

Dès 1995, cet autodidacte, avec son succès au commerce des produits de consommation entre Kinshasa et l’Europe et doué d’un redoutable sens des affaires, ce businessman né réussira ainsi en deux décennies, à se construire, pan par pan, un véritable empire financier. Le Groupe Ledya Sprl dont il devient le Président-Directeur Général était né.

LEDYA étant provenu des initiales de son nom : LE (pour LENGO) et DYA (pour la phonétique DIA NDINGA). Toujours dans le cadre du Commerce général en importation, JL avait étendu la nature des marchandises en ajoutant les denrées alimentaires des produits secs et sacheries (riz, haricots, sel iodé, poissons salés, boîtes de conserves,…) avec des denrées alimentaires surgelées (poissons chinchards, poules, viandes,…) de grande consommation, pendant qu’il commercialisait aussi des matériaux de constructions importés (fers à béton, vitreries, articles sanitaires, carrelage, bref produits de quincaillerie), matériels agricoles et d’autres encores.

Vous comprendrez que ces importations se faisaient alors de plusieurs origines : Europe, Afrique, Asie et Amérique. Pour besoin de compétitivité sur le marché, M. JEAN LENGO DIA NDINGA, créera des sociétés dont les activités à l’origine sont INTEGREES. C’est-à-dire les services dont il avait besoin pour faciliter les opérations de commerce général de Ledya sprl, la société – mère du Groupe.

Son génie l’emmènera à créer des entreprises de SERVICE tour à tour l’AIDEL pour les activités douanières, de transit et de représentation maritimes ; Trans Inter Congo (TIC) pour le transport des marchandises et conteneurs de Matadi à Kinshasa, Société Hotélière Ledya pour besoins croissants d’hébergement pendant les séjours des procédures locales à Matadi, la ville portuaire. Monsieur Jean LENGO (JL) est promoteur d’un port maritime privé à Matadi dont le quai de 30 mètres actuellement est en train de s’agrandir avec 112 mètres additionnels à l’horizon 2015.

JL est aussi en train de construire un PORT SEC de 35.000 mètres carrés pour mi-2013 pour servir de Terminal Conteneurs dont l’Etat a besoin pour désengorger le port public de l’Etat. JL, le Chairman, depuis l’année 2000, avait un rêve d’industriel où il pensait à se métamorphoser en activités de TRANSFORMATIONS qu’il ajouterait au commerce général d’importations et aux activités des services. C’est ainsi qu’il se lancera dans la fonderie pour la fabrication de fers à béton et cornières à partir des mitrailles ferreuses, usine de capacité de 900 tonnes par mois.

Il combinera ces matériaux de construction avec l’exploitation d’une carrière des pierres concassées avec une capacité de 45.000 tonnes par mois. Il poursuivra avec la production de l’oxygène avec une capacité installée de 28.000 mètres cubes par mois et d’une scierie industrielle avec une capacité installée de 6.000 mètres cubes par mois A toutes ces usines opérationnelles, s’ajoute l’imprimerie Offset en deux, cinq et six couleurs avec capacité installée de 10.000 feuilles par heure. Monsieur Jean LENGO est l’un (CMT) des 32 partenaires de la Gécamines dans les contrats public- privés pour l’exploitation minière au Katanga, en plus de ses concessions privées détenues pour le cuivre et cobalt. Monsieur Jean LENGO détient des titres pétroliers dans le Bloc Fossé de Boma dont le CPP est négocié et attend la sanction gouvernementale qui l’encourage à se lier avec des partenaires techniques et financiers solides.

En perspective d’avenir et dans le domaine de l’ELECTRICITE, SAF ENERGIE SPRL, une des sociétés de JL, après avoir obtenu la Concession et les autres conventions requises du Gouvernement de la RDC, a signé un contrat commercial et celui de financement des Infrastructures avec la SNEL pour l’achat et le transport de l’énergie hydroélectrique à partir du Barage d’Inga pour l’emmener et le vendre au CABINDA pour le compte de la société ENE – EP en République Sœur de l’Angola.

Le contrat de vente de 114 KW est signé avec la société ENE – EP. Les études de faisabilité étant conjointement finalisées, les bailleurs des fonds n’attendent que certaines formalités de garantie souveraine de la République de l’Angola pour débloquer les fonds. Ceci sera la démonstration d’un partenariat public – privé et Sud- Sud. Cette diversité d’activités exercées par le Visionnaire Autodidacte Manager, le Chairman Jean LENGO, est une réussite grâce à ses qualités de respect de ses engagements, esclave de sa parole donnée, sa forte capacité d’écoute, son choix judicieux de ses connexions et sa qualité en sélections objectives de ses collaborateurs par rapport aux besoins et technicités des activités.